lundi 23 octobre 2017 | plan du site | contact |
Accueil

> Patrimoine > Quartiers d'antan > Le Mesnil

Le Mesnil

► Extrait cadastral

Retrouvez l'article original paru dans le JPM N°.33 - juillet 2005.


Comme vous pouvez le voir sur la carte, peu de choses ont changé dans cette région de Port-Mort. Quelques chemins et le moulin à vent ont disparu. Celui-ci a d'ailleurs donné le nom au lieu dit.
Pour éclairer son emplacement, il était situé sur le bord du chemin de terre qui va du Mesnil à Pressagny le Val, à l'intersection avec un chemin qui se prolongeait tout droit à la sortie de Port-Mort direction Vernon, au niveau du faux virage. Ce chemin passait derrière la maison (qui n'existait pas) où se situe actuellement le Petit Haras et se dirigeait vers l'église de Notre-Dame-de-l'Isle.

Notre-Dame-de-l'Isle relevait à l'époque des fiefs de l'Isle et portait soit le nom de Pressagny de l'Isle ou simplement l'Isle. D'ailleurs à l'époque Mérovingienne les trois Pressagny ne faisaient qu'un seul territoire.

Après ce petit encarté revenons à notre Mesnil. Peu de changement dans cette vieille demeure, la forme de l'enceinte est inchangée, quelques constructions se sont rajoutées comme par exemple les écuries en entrant sur la gauche. Nous allons donc voir peut-être un peu plus ce que l'on sait au niveau historique de cette bâtisse.

Sa forme d'allure monastique, a amené l'hypothèse d'y localiser l'existence probable d'une abbaye bénédictine du VIIè siècle. Cette occupation en définitive n'est pas absolument prouvé. Le nom du Mesnil provient de la famille du Mesnil Hébert qui établit au XIIè siècle le fief du Mesnil-Hébert a cet endroit. Peut-être que celui-ci fut rebâti sur les restes de l'ancienne abbaye ? Par la suite, au environ de 1300, la famille du Mesnil-Hébert prit le nom de « de Villiers », à cette époque les seigneurs pouvaient changer de nom en fonction de leurs possessions. En 1349, Jean de Villiers était le seigneur du Mesnil-Hébert, son fils se prénommait Robert. En 1419, à la faveur de la guerre de 100ans il fut dépouillé de son bien par un anglais nommé Sir Thomas Merton. Ce fief fut repris par son petit fils Pierre de Villiers en 1456.
Le 5 juillet 1536, Pierre Caren Seigneur du Mesnil-Hébert y fonda une chapelle dite de Saint Laurent.
En 1728, le Mesnil appartenait à Elie Raymond de Padoue, puis en 1777 à la famille Jubert de Bouville seigneur de Port-Mort.

À la révolution les droits seigneuriaux furent abolis et ces biens devinrent privés. Quelques lustres plus tard, M Terninck y installa un haras, qui connut ses heures de gloire avec le cheval Seabird dont le haras porte aujourd'hui le nom.

Christian LORDI